Centre régional d’études,

d’actions et d’informations
en faveur des personnes

en situation de vulnérabilité

Journées MAS-FAM-FV 2020 Bretagne / Pays de Loire

Agir : Soutenir la liberté de choix et la participation sociale

 

Les 8 et 9 juin 2020, La Chapelle sur Erdre (44)

 

Télécharger le programme               S'inscrire en ligne

 


 

Les années 2000 ont marqué un tournant dans l’approche du handicap, en reconnaissant la personne « malade » ou « déficiente» avant tout comme une personne citoyenne à part entière, avec ses forces et ses faiblesses, soutenue dans sa capacité à faire des choix et responsable de ses actes.

Les lois 2002-2 et 2005-102, puis la Convention internationale des droits des personnes handicapées confirment pour la personne en situation de handicap, de pouvoir choisir son lieu de vie.

 

En donnant cette primauté à la capacité de décider pour soi, les personnes comme les professionnels ont enrichi depuis près de vingt ans la conception d’une liberté de choix qui dépasse le seul lieu où l’on souhaite vivre sa
vie. Pouvoir d’agir, « capabilité », autodétermination, pair-aidance, expertise expérientielle ... Les personnes accueillies expérimentent, avec l’appui des professionnels et dans la mesure des possibles, une vie faite de choix. Les établissements sont riches d’actions menées, de défis relevés pour accompagner les personnes vers l’affirmation de cette citoyenneté.

 

Ainsi, le respect de l’autonomie individuelle, y compris la liberté de faire ses propres choix, conduit à renforcer la posture professionnelle de « facilitateur ou médiateur », dans une démarche soutenant l’apprentissage des personnes à pouvoir choisir leur vie, en décidant là où elles veulent vivre, avec qui elles veulent vivre et ce qu’elles veulent faire. Cet apprentissage se fait dans tous les contextes de vie du quotidien : choix des rythmes de vie, des repas, des activités, opportunités de contacts, possibilités d’exercer des rôles sociaux, … tout en prenant en compte les spécificités des publics accompagnés en MAS, FAM et Foyers de vie.

       

En effet, l’autonomie et/ou la volonté d’une personne peuvent être limitées du fait d’une déficience cognitive ou d’un trouble de santé mentale. Il s’agit aussi de reconnaitre l’expertise expérientielle des personnes handicapées et de leur famille. En améliorant ainsi le niveau la capacité d’autodétermination des personnes, les professionnels concourent à l’amélioration de la qualité de vie des personnes accompagnées.

 

Etre facilitateur de ce libre-choix, c’est à la fois interroger les pratiques d’accompagnement, susciter et être à l’écoute de l’expression des attentes, des aspirations et des besoins de la personne accompagnée, notamment en ayant recours à des outils de communication alternatifs. C’est aussi être porteur de cette demande en interne ou auprès de l’environnement et des ressources extérieures. Il s’agit de mettre en tension promotion et protection, afin d’expérimenter, de pouvoir engager des prises de risques éventuelles mesurées et évaluées pour favoriser l’autonomie de la personne accompagnée en fonction de ses capacités.

 

Etre facilitateur de ce libre-choix, c’est également interroger les organisations actuelles des établissements et envisager d’autres possibles, notamment vers une plus grande diversification de l’offre pour permettre des réponses plus personnalisées et évolutives dans un parcours de vie.

 

Au travers de conférences plénières, de présentation d’expériences de terrain et des ateliers thématiques, ces journées visent à soutenir et inspirer les pratiques des professionnels de terrain et ainsi concourir à l’amélioration de la qualité de vie des personnes accueillies en MAS, FAM et Foyers de vie.